Les différences entre pollution et contamination

La pollution est la contamination qui en résulte et qui peut entraîner des effets biologiques néfastes sur les populations et les écosystèmes : sans distinction d’échelle. Tous les polluants sont des contaminants, mais tous les contaminants ne sont pas des polluants. En parlant d’environnement, les termes de pollution et de contamination sont très souvent utilisés à tort comme synonymes. Examinez les significations et les différences ci-dessous.

La pollution

Par pollution, on entend l’existence en un lieu particulier, limité ou restreint, de substances chimiques et/ou de micro-organismes définis comme polluants. Ils sont capables de modifier les différents milieux environnementaux dans lesquels l’individu vit habituellement : l’air, l’eau, le sol. Ces polluants, qui sont présents dans des proportions parfois supérieures à la moyenne, peuvent causer des dommages aux organismes vivants avec des conséquences évidentes sur la santé. Dans le cas de la pollution, trois facteurs clés doivent être pris en compte : 1. La source du polluant ; 2. Le transport ; 3. Une zone cible définie. La pollution peut être de différents types selon le polluant ou la zone polluée. Parmi les différents types de pollution, on trouve : l’air, l’eau, le sol, les environnements voisins, l’air, les habitations, les lieux de travail et les zones urbaines. En revanche, si l’on considère l’agent polluant, on trouve cette subdivision : pollution chimique, photochimique, biologique, acoustique, électromagnétique, lumineuse, thermique, génétique, radioactive, naturelle, architecturale, agricole et industrielle. En Italie, les Agences régionales pour la protection de l’environnement : ARPA, sont particulièrement concernées par la protection de l’environnement et suivent la législation qui est soumise aux directives européennes. Le Service national de santé s’occupe également des actions concernant la protection de notre environnement et contre la pollution, en privilégiant les activités de prévention primaire et d’analyse épidémiologique.

Contamination

La contamination est la transmission de microorganismes pathogènes d’une source d’infection à un environnement sain. Contrairement à la pollution, la source polluante, la zone cible est prise en compte, mais la deuxième condition, le transport, ne se produit pas. La contamination ou les contaminations peut être de différentes sortes. Ils se répartissent comme suit : exogènes, endogènes, chimiques, biologiques, directs, indirects et enfin les croisades. En parlant de pollution et de contamination, on ne peut manquer de se référer au traité international sur le réchauffement climatique, le protocole de Kyoto. Le réchauffement climatique est l’un des problèmes les plus préoccupants du XXIe siècle. Elle entraîne de nombreux changements climatiques qui sont désastreux pour la planète Terre. La surchauffe du climat tend à aggraver l’intensité des phénomènes naturels extrêmes. Le protocole de Kyoto prévoit des mesures visant à réduire la pollution mondiale et en particulier les émissions de gaz à effet de serre. Il s’agit notamment de : Dioxyde de carbone : CO2, Méthane : CH4, Oxyde d’azote : N2O, Hydrofluorocarbures : HFC, Perfluorocarbures : PFC, Hexafluorure de soufre : SF6 Mos. Elle prépare également des activités pour la promotion de l’absorption compensatoire de CO2 par les forêts.

Quelle est la différence entre contamination et pollution ?

La pollution est la dégradation d’un écosystème ou de la biosphère par l’introduction, généralement humaine, d’entités : physiques, chimiques ou biologiques, ou de radiations altérant le fonctionnement de cet écosystème. La pollution a des effets importants sur la santé et la biosphère, comme en témoigne l’exposition aux polluants et le réchauffement climatique qui transforme le climat de la Terre et son écosystème, en entraînant l’apparition de maladies inconnues jusqu’alors dans certaines zones géographiques, des migrations de certaines espèces, voire leur extinction si elles ne peuvent s’adapter à leur nouvel environnement biophysique. La contamination se réfère à l’apport extérieur d’un élément, pas forcément au sens chimique dans un milieu dans lequel il n’est pas présent naturellement, ou en plus faible quantité. Le terme contamination ne laisse rien entendre sur les conséquences de cet apport. La pollution, en revanche, est également un apport extérieur d’un élément, mais qui cette fois cause une perturbation du milieu. La notion de pollution appelle donc celle de contamination d’un ou plusieurs composants des écosystèmes : air, eau, sol, d’un organisme : qui peut être l’être humain ou d’un groupe d’organismes, ou ayant une incidence sur l’écosystème, au-delà d’un seuil ou norme. La contamination peut notamment s’étendre ou se modifier via le réseau trophique, chaîne alimentaire : bioconcentration, bioturbation. La pollution est maintenant considérée par l’ONU comme la neuvième limite planétaire, d’une part, en raison de ses effets néfastes sur le développement physiologique de l’homme et sur le fonctionnement des écosystèmes, d’autre part, car elle agit comme une variable lente qui affecte d’autres limites planétaires. En effet, la pollution chimique peut avoir des répercussions sur la limite : érosion de la biodiversité en réduisant l’abondance des espèces et en augmentant potentiellement la vulnérabilité des organismes à d’autres menaces : changement climatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *