Que devrait-on visiter dans la Communauté de Valence en Espagne ?

La Communauté de Valence est la troisième ville d’Espagne, avec environ 750.000 habitants, elle regorge de bien des trésors. Moins touristique que Barcelone ou Séville, elle attire tout de même de plus en plus de monde et ça se comprend. Entre sa superbe vieille ville historique, ses immeubles  modernistes, la très futuriste Cité des arts et des sciences, la plage, le climat clément, Valence ne manque pas d’atouts pour un city-trip réussi. L’ensemble du territoire a plus qu’assez de raisons d’être visité. Des charmants villages de l’intérieur, aux centres urbains face à la mer ou aux merveilles naturelles avec des paysages dans le plus pur style méditerranéen. Du nord au sud, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la communauté, vous trouverez des lieux aussi emblématiques et essentiels.

La vieille ville de Valence et ses environs.

C’est vraiment le quartier à découvrir, là où se précipitent les touristes et où flânent les locaux. Car Valence est loin d’être une ville-musée. Il est agréable de pouvoir flâner dans ses ruelles, faire une petite visite, admirer l’architecture gothique, Renaissance ou moderniste, se poser sur ses placettes, et bien sûr, découvrir les monuments. Outre le fait de simplement s’y balader ou se poser en terrasse, on y retrouve la plupart des incontournables  à voir à Valence. La cathédrale de Valence est probablement le monument incontournable de la ville. Si l’intérieur gothique est plutôt sobre, on admire ses chapelles, en particulier celle du Saint-Calice et son très beau retable gothique en albâtre, aux magnifiques reliefs sculptés. Ne manquez pas de faire le tour de la cathédrale pour admirer ses différentes portes, témoignage de son histoire. Grimper dans le Miguelete permet d’obtenir une jolie vue sur l’ensemble de la vieille ville, et même au-delà.  Le marché est vraiment un incontournable de Valence. Édifié entre 1910 et 1928 dans un style  moderniste, il s’agit d’un des plus grands marchés couverts en Europe. Outre sa belle architecture, on y découvre bien sûr toutes les spécialités locales : charcuterie, fromage mais aussi fruits et légumes, et bien sûr poissons et fruits de mer. Sans oublier les nombreuses douceurs. Il est possible d’y déjeuner, j’y ai dégusté un très bon sandwich accompagné d’un jus d’orange pressé devant moi, à bon prix. Plus près de la capitale, Valence, se trouve le château de Sagunto. Rares sont les Valenciens qui ne le connaissent pas personnellement ; c’est l’un de leurs trésors les mieux gardés. C’est une forteresse dont l’origine est aussi ancienne que celle de la ville elle-même, Sagunto, car les Ibères se sont déjà installés dans cette zone.

Les monuments de Valence.

Faisant face au marché central, La Bourse de la soie ou Lonja de la seda est un autre  incontournable de Valence. Ville marchande, cette belle bâtisse fut édifiée à la fin du 15 siècle dans un style gothique flamboyant, afin d’offrir un lieu de négoce. On y découvre un agréable patio d’orangers, et surtout une superbe salle gothique aux colonnes torsadées. Il s’agit d’une des plus grandes salles de ce genre dans l’architecture civile gothique. Ne manquez pas de flâner dans ce quartier du Carmen, en pleine mutation, et très vivant la nuit. Partez à la découverte de son street-art.  De nuit, s’ajoutent les œuvres que l’on retrouve sur les rideaux de fer des commerces, souvent en rapport avec ces derniers d’ailleurs. Au nord flâner en journée dans quelques rues piétonnes et sur la plaza Carmen, et rentrer dans l’ancien couvent, abritant aujourd’hui un  et admirer les deux beaux cloîtres gothiques et Renaissance. Située au nord du Carmen, La casa Mario Benlliure  est maison typiquement valencienne offre le calme de son patio mais présente également des pièces de vie de l’époque. Logiquement, on y retrouve des œuvres de ce sculpteur, mais aussi quelques-unes de Sorolla, son contemporain. La casa de las Rocas  est située dans le Carmen. On y découvre les chars et les géants défilant lors des fêtes du Corpus Christi. Spécialité valencienne, il s’agit bien plus que d’une fête sacrée. Ancrée dans la tradition, c’est une véritable institution et une fête civile pleine de symboles aussi bien religieux qu’historiques. L’entrée est gratuite et la visite vous prendre environ 30 mn, alors pourquoi se priver si vous passez dans le coin? Grimpez dans les tours Serrano, des  tours défensives situées sur les bords du fleuve gardaient la vieille ville. A l’architecture typiquement militaire, l’intérêt demeure dans la vue qu’elles offrent sur les jardins en contrebas, et la vieille ville.

La ville moderniste de Valence

Comme sa grande sœur Barcelone, Valence se dota au début du 20e siècle de beaux édifices Art nouveau ou  modernistes  comme on dit en Catalogne. S’ils moins nombreux qu’à Barcelone, ils valent également le détour. La gare du Nord à Valence a été  construite en 1907 et fut inspirée du style Sécession viennoise mais arbore une belle décoration évoquant Valence. Fruits sculptés, fresque. L’intérieur, tout en céramique, vaut largement le détour.  Une des plus belles gares en Europe, assurément. Juste à côté se trouvent les arènes, parmi les plus grandes d’Espagne. Elles abritent le musée taurin. Il ne faut pas se contenter de les admirer de l’extérieur mais les visiter. A deux pas de la gare et située dans la vieille ville, cette jolie place triangulaire arbore de beaux immeubles, pour une harmonie complète. Un peu plus loin, ce joli Le marché de Colon ou mercat de Colon est un des plus beaux exemples du style moderniste. Plus petit que le marché central, il fut transformé en galerie marchande sur le thème de la gastronomie ; on peut y déguster une bonne horchata de chufa. La calle Ciril Amoros est la belle rue ravira les fans d’Art nouveau, avec son bel alignement d’immeubles modernistes. Ne manquez pas la Casa Ferrer ou la Casa de los dragones. Valence, ce n’est pas qu’un joli centre historique. Les points d’intérêt s’étendent au-delà. Profiter de  La promenade dans le jardin Turia , un  fleuve Turia, qui arrosait autrefois la ville et fut détourné de son lit d’origine après les inondation de 1957. A la place, s’étend sur environ 7 km une agréable  coulée verte  constituée d’arbres bien sûr, mais également de terrains de jeu pour les sportifs, stades, parc pour les enfants. On peut également y admirer le Palais de la musique, à l’architecture contemporaine toute en transparence.

La Cité des arts et des sciences

La balade sur le jardin Turia est surtout le chemin le plus agréable pour atteindre la Cité des arts et des sciences, à l’architecture complètement futuriste, offrant une image bien différente de Valence. Œuvre de l’architecte catalan Santiago de Calatrava et du mexicain Felix Candela, le complexe fut édifié entre 1998 et 2009. Il se compose de plusieurs éléments qui valent chacun le coup d’œil. Le palais des Arts Reina Sofia : dédié à la musique et au théâtre, à la forme très étonnante. L’Hemisferic : en forme d’œil et sa paupière qui s’ouvre, c’est un peu l’équivalent de notre Géode. On peut donc y voir des documentaires, un planétarium, etc. A faire avec des enfants ; Le musée des sciences Principe Felipe : en forme de squelette de dinosaure, il s’agit d’un temple du savoir, dédié aux sciences. Là encore, le public visé est plutôt les enfants. L’Umbracle : jardin botanique couvert et dominant le reste du complexe. L’Agora : là encore avec une forme assez originale, il s’agit d’un lieu ouvert seulement pour certaines manifestations. L’Oceanografic : c’est l’aquarium de la ville ! En forme de nénuphar, il s’agit du plus grand d’Europe et probablement du plus cher. Il vaut mieux avoir le temps d’en profiter si vous décidez de le visiter. Le pont de l’Assut de l’or : enjambant le complexe, il arbore une forme de harpe. Même si on n’entre pas dans les bâtiments, l’extérieur du complexe mérite largement le détour. Prévoyez du temps si vous comptez visiter le musée des sciences et l’Oceanografic. Un peu avant d’arriver à la Cité, le tout est complété par la Palais de la musique, même si le style est plus simple. Avec peu temps, vous pouvez prendre un bus qui part des tours Serrano ou de la plaza de la Reina, mais j’ai trouvé cela agréable de me balader dans l’ancien lit du fleuve.

Les musées de Valence.

Situé à environ 10 mn de marche en remontant vers le centre, ne manquez pas cet étonnant musée musée des Fallas ou museo fallero. Loin des musées d’art, on y découvre des éléments des fallas, ces fêtes typiquement valenciennes qui se déroulent mi-mars et qui sont un peu l’équivalent de nos carnavals. Lors de cette fête sont présentés des personnages de carton-pâtes, souvent caricaturaux, qui ornent alors les places de la ville, défilent, avant de finir brûler ! Ce sont les ninots. Chaque année les habitants élisent le ninot qui sera sauvé des flammes et envoyé dans le musée. On y découvre donc une cinquantaine de personnages ou reconstitutions de scène, en plus d’affiches et quelques explications. Le Palais du marquis dos Aguas et musée de la céramique et des arts somptuaires Gonzalez Marti sont certainement le plus beau de la capitale valencienne. Si l’extérieur en met déjà plein la vue, ce palais abrite le musée de la céramique, spécialité de la région, mais on y vient surtout pour la beauté de sa décoration. On y découvre de magnifiques salons d’apparat, une salle de bal, des chambres, un salon chinois. A part les musées du bord de mer et pour compléter cette journée, avec un peu de temps, quelques petits musées vous attendent dans le coin ! Notamment le musée du riz, situé dans un moulin à riz du 19e siècle, le musée maritime, abrité dans les anciennes darses qui valent le détour pour leur architecture, ou bien le musée de la semaine sainte maritime. Le musée des Beaux-Arts de Valence est situé en face de la vieille ville de l’autre côté de l’ancien fleuve et abrité dans un ancien couvent, il s’agit d’un des plus grands musées d’art en Espagne. On y vient surtout pour ses grands retables du Moyen-Âge, typique de la région et de Catalogne, et pour découvrir les œuvres de Joaquim Sorolla, le plus connu des peintres valenciens. Il est considéré comme le père de l’impressionnisme espagnol. A part ça, vous retrouverez la peinture espagnole habituelle. Je dois avouer que ce n’est pas trop ma tasse de thé. J’ai surtout aimé les retables et les Sorolla, et là encore j’ai préféré ceux admirés à Madrid. Le musée d’histoire de Valence est situé à l’autre bout de la promenade du jardin Turia. Il y a aussi le musée de l’Iber qui se situe en plein centre sur la calle Caballeros, et abrité dans un beau palais gothique.

 Le bord de mer à Valence

On  aurait tendance à l’oublier quand on est au centre-ville, mais Valence reste une ville balnéaire et portuaire. Seulement, son port et ses plages se situent à environ 4 km de la vieille ville, fait assez étonnant par rapport aux autres grandes villes portuaires de la Méditerranée. Cependant, à moins de manquer de temps, il parait inconcevable de ne pas aller faire un tour au bord de mer de Valence. Facilement atteignable en métro, tramway, ou bus, le port fut ré-aménagé en 2006 pour l’American World Cup. On peut donc se balader sur son port de plaisance, admirer le bâtiment moderne Veles i Vents, l’ancienne douane ou entrepôt de style moderniste ainsi qu’une grue classée. Derrière la plage se trouve Le quartier du Cabanyal. Ce petit quartier en pleine rénovation était celui des pêcheurs. Entre façades colorées, street art et Art nouveau, il est sympa de s’y balader.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *