Faire du camping de manière éco-responsable en 10 conseils pratiques

camping

Publié le : 05 juin 20238 mins de lecture

S’il fallait donner une définition concise de l’éco-camping, ce serait de profiter de ces beaux paysages qui nous entourent en laissant le moins de traces possibles de notre passage après stationnement. Vous cherchez à adopter les bons gestes pour limiter votre empreinte écologique ? Découvrez ces dix conseils pratiques et vous saurez comment camper de manière éco-responsable.

1. Choisir un éco-camping ou le faire à la sauvage

Votre rêve serait de faire un bivouac dans un parc national mais avant de passer cette étape, vous préférez plutôt vous installer sur un terrain prévu à cet effet, avec la structure de l’établissement qui va avec. Si le respect de l’environnement vous tient à cœur, tournez-vous vers des campings qui ont reçu une certification grâce à des labels écologiques tels que la clé verte ou l’écolabel européen. Ainsi, vous êtes certain que l’établissement fait des efforts en termes de tourisme durable. Rendez-vous sur ce site pour trouver les éco-campings qui répondent à vos critères d’hébergement.

2. Préparer son bivouac éco-responsable à l’avance

Le fait de camper en pleine nature n’est pas dénué de tout danger, au contraire. Vous devez aussi bien vous préparer à de fortes intempéries qu’à des attaques d’animaux sauvages. N’oubliez donc pas de préparer à l’avance votre bivouac, surtout si vous êtes encore assez novice en la matière. Pour du camping en toute sécurité, cherchez les spécificités de la zone géographique sur laquelle vous allez faire une halte, étudiez les environs, vérifiez à combien de kilomètres se trouve la civilisation. Être éco-responsable, c’est aussi savoir reconnaître où est sa place d’être humain dans la nature.

3. Réduire ses déchets à la source et ne rien laisser traîner derrière soi

Si vous sélectionnez un établissement éco-responsable pour faire du camping, vous avez la possibilité de faire le tri des déchets sur place. Toutefois, gardez en tête que peu importe la façon dont vous voyagez, le meilleur déchet est celui qui n’existe pas. Équipez-vous de façon à jeter le moins d’emballage possible. Il y en aura malgré tout ? Minimiser son impact sur l’environnement consiste à ne rien laisser traîner. Vos déchets doivent donc repartir avec vous et seront placés dans la poubelle adéquate au moment opportun.

4. Camper de manière éco-responsable en utilisant des produits respectueux de l’environnement

Et si l’éco-camping vous donnait l’occasion de réfléchir à votre manière de consommer vos produits habituels ? Vous ne vous voyez peut-être pas utiliser votre shampoing moussant et le rincer ensuite dans la rivière… Pensez à prendre dans votre sac à dos des produits doux pour l’environnement, à la composition la moins toxique. Buvez à la gourde, utilisez des couverts réutilisables, essayez des produits cosmétiques solides qui limitent les emballages superflus. Vous allez le voir, vous aurez vite tendance à devenir minimaliste !

5. Se contenter d’observer la nature

Vous avez trouvé un super spot où passer la nuit avec vos amis ? Le cadre est idyllique, la nature est belle. Mais voilà un conseil essentiel à retenir lorsque l’on veut camper de manière éco-responsable : on essaye de laisser son environnement intact. Cela signifie que l’on ne cueille pas de fleurs, on ne déplace pas de bois mort, on n’empile pas des pierres qui se trouvent au bord d’un cours d’eau, au risque de chasser certaines espèces de leur abri. Apprenez à apprécier ce que vous voyez avec les yeux !

6. Éviter de faire du feu lorsque l’on campe

Les adeptes de l’éco-camping n’ont pas pour habitude de faire des feux à chaque halte. La raison principale à cela est que la nature se fragilise avec la sécheresse. La moindre braise peut vite partir en feu non maîtrisé, tant les sols et la végétation sont secs. Prévoyez donc de partir avec un réchaud, que ce soit pour vous tenir au chaud lors de certaines nuits fraiches ou pour faire chauffer vos repas. Enfin, le campeur éco-responsable ne fume pas en pleine nature et ne jette surtout pas ses mégots de cigarette par terre.

7. Respecter la faune sauvage

Camper, c’est ne faire qu’un avec la nature. Si vous êtes chanceux et suffisamment discret, vous pourrez peut-être apercevoir des animaux que vous n’avez pas l’habitude d’observer au quotidien. Ces moments d’observation uniques se méritent. Vous devez donc savoir rester à votre place, ne pas les nourrir, ne pas vous approcher outre mesure. Il peut y avoir des nids, des abris et votre simple présence peut effrayer certaines espèces. N’oubliez pas, vous êtes sur le terrain de cette faune sauvage, il convient de ne pas vous imposer et de rester discret.

8. Ne pas acheter du matériel neuf pour faire du camping

Vous vous apprêtez à camper, vous avez donc l’intention de vous équiper en conséquence. Pour autant, avez-vous vraiment besoin d’acheter une tente ou un sac de randonnée ? L’éco-responsabilité passe par la sobriété. Il s’agit de faire en sorte de ne pas acheter des choses neuves alors que l’on pourrait les trouver en seconde main ou les louer. Sondez également vos proches, ils seront heureux de vous fournir deux ou trois affaires pour votre séjour en plein air.

9. Privilégier la mobilité douce

Vous comptez arpenter une bonne partie du sud-ouest de la France pour découvrir de nombreux paysages ? Il faudra trouver plusieurs spots tout au long du séjour pour camper la nuit. Mais qu’en est-il de vos déplacements ? Minimisez votre empreinte environnementale jusqu’au bout en favorisant la mobilité douce. Plusieurs moyens de déplacement s’offrent à vous : le vélo, la marche, les transports en commun ou le co-voiturage. L’un des avantages de l’éco-tourisme, c’est de protéger activement l’environnement. La mobilité douce permet de ne pas polluer davantage et de préserver des zones naturelles du CO2.

10. Planifier des repas de campeur éco-responsable

Pour vous réconforter après de longues heures de marche, il faut de la bonne nourriture. Pourtant, quelques contraintes s’imposent lorsque l’on campe. Le but est de se créer des recettes faciles et rapides afin de ne pas s’encombrer en nombre d’ingrédients. De ce fait, il convient de les planifier à l’avance. L’éco-campeur est organisé et aime transporter des tupperwares qui contiennent des fruits et de légumes de saison. Il apporte aussi des aliments non périssables pour ne pas gâcher, tels que des pâtes ou du quinoa, et en conserves, comme des boîtes de thon ou de sardine.

Plan du site