Comment changer ses habitudes de consommation pour le bien de l’écosystème ?

Les choix de comportements et de consommation ont automatiquement un impact sur l’environnement que cela soit direct ou indirect. Les ressources naturelles de la planète comme les ressources fossiles ou minérales étant des variables finies et non renouvelable, leur épuisement est inévitable et sera incompatible avec le rythme et habitudes de consommation mondial. Les habitudes alimentaires et de consommation de produits ont significativement augmenté et impactent fortement les ressources, ce qui n’est probablement pas une option viable sur une longue période de temps. Les constructions et les méthodes de constructions faisant appel à différents produits a aussi poussé la recherche vers le développement de produits ergonomiques dont le prix est très abordable par les consommateurs. Toutefois, les produits disponibles dans les magasins destinés à la construction peuvent toujours s’adapter aux habitudes de constructions modernes et peuvent même être promus pour provoquer un changement qui contribuera alors vers un développement durable.

Futur du passé : vers des changements d’habitudes plus écologiques

Plus de deux milliards de personnes, ce qui représente environ un quart de la population mondiale. Le matériau de construction peut prendre de nombreuses formes, la plupart d’entre nous le connaissent sous le nom de brique cuite. “Une valeur sur laquelle vous pouvez vous appuyer” est ce que la publicité nous promet. Il est également vrai qu’en brûlant la brique d’argile, elle devient d’un beau rouge et sa résistance est considérablement augmentée. Le matériau de construction idéal – pourrait-on penser. S’il n’y avait pas la quantité d’énergie requise pour le tir. À l’époque où l’énergie ne provenait pas de la prise de courant, mais où le travail devait être effectué péniblement par des hommes ou des animaux, le brûlage des briques était réservé à la noblesse et à l’église.

Il est donc important d’aiguiser la sensibilité du public sur le sujet et l’encourager à regarder de plus près ses habitudes de consommation en termes de matériaux de construction. Peut-être que vos quatre murs sont construits avec l’une des différentes techniques. En effet, l’offre excède actuellement la demande en terme de consommation, surtout lorsque l’impact de la décision portera sur une relativement longue période. Dans le domaine de la construction, la consommation est évidemment subjective car consommer équivaut à utiliser et mener sa vie dans la maison. Cependant, la manière dont une personne de construire sa maison aura un effet qui peut être significatif pour les années futures. L’achats de produits bio à des prix plus élevés dans les magasins n’est certainement pas l’option idéal pour faire des économies, mais celle-ci figure parmi les habitudes de consommation qui permettront de réduire l’impact sur l’environnement. Pour tous ceux qui ne veulent pas faire un trou dans le plâtre et qui sont encore curieux : Un bon conseil est de regarder de vieilles photos de la dernière rénovation, d’enlever les boîtiers de compteurs ou les revêtements – derrière eux se trouve souvent un mur non enduit.

Retour vers des comportements traditionnels : construire à l’argile

Les “gens simples” dépendants des matériaux disponibles dans la région ont développé des techniques qui ont fait leurs preuves au fil des siècles et qui se caractérisent par leur durabilité et leur simplicité d’entretien. Et tout cela sans l’énorme sac à dos d’énergie cachée qui ne sont certainement pas remarquable aujourd’hui.

Il est évident qui les habitudes de vie et de construction ont changé et la grande majorité de la population mondiale ne vivent plus dans des bâtiments en terre, mais le pourcentage de bâtiments historiques en terre reste étonnamment élevé, par exemple dans l’Est de l’Autriche. Le nœud du problème : beaucoup de gens ne savent même pas que derrière la couche de plâtre de leur maison se trouve un mur d’argile. Certaines personnes ne se rendent pas compte que la rénovation de leur maison et impliquera un changement radical concernant les produits et matériaux de construction. Mais l’argile ne peut pas être si mauvaise, après tout, beaucoup de maison existe depuis plus de 200 ans et le matériau reste tout de même ingénieux.

Pourquoi les différentes techniques sont-elles si importantes?

De nombreux bâtiments historiques en terre sont victimes de la boule de démolition. De nombreux propriétaires ne reconnaissent pas la valeur historique, écologique et biologique de leurs bâtiments. En effet, seulement en se rapportant à quelque chose qu’il devient précieux et qu’il vaut la peine de le préserver. Par exemple, lors de la démolition d’un un mur, vous jetez les vieilles briques de boue, mais un an plus tard, vous êtes allé dans un bâtiment en démolition où vous avez ramassé des briques et traînées péniblement jusqu’à la maison. On apprend toujours des erreurs, car dans ce cas, la conservation des briques préviendra une période pénible d’exercices physiques.

Il faut également souligner que les processus de production et de consommation sont particulièrement destructeurs et apportent en plus des conséquences néfastes au niveau de la santé, par exemple l’amiante qui fut et reste toujours un sujet délicat dans le bâtiment. Tout n’est pas perdu car il existe en outre pistes pour améliorer la consommation de produits, notamment en questionnant simplement ses besoins avant tout achat. Pour éviter que cela ne vous arrive, il suffit de changer quelques habitudes et voici donc les différentes techniques de construction en terre cuite de manière chronologique.

Les différentes techniques de construction en terre

  • Le mur du Riadl – une des plus anciennes techniques

L’une des plus anciennes techniques – les maisons avec des murs de Riadl ont été construites dès que les gens ont commencé à s’installer. Des tiges de noisetier ou de saule sont tissées dans un mur puis enduites d’argile des deux côtés, l’enduit ressemblant davantage à un enduit ou à un jet d’argile sur les murs. Dans cette technique, le bois assume la fonction de support, ce qui permet de construire des murs fins. En raison du faible poids et de la flexibilité de cette construction murale, on la trouve souvent dans la zone du pignon de la maison. Cette technique est encore populaire aujourd’hui et convient à la production de fours ou de fours à pizza.

  • Maçonnerie

Avec cette technique, l’argile est placée sur le mur avec la fourche, l’épaisseur du mur est d’environ un demi-mètre ou parfois même plus. Comme l’argile se rétrécit lorsqu’elle sèche et peut commencer à fluer à l’état humide, il est important de ne pas empiler les matériaux humides trop haut. Un “ensemble” mesure environ 60 cm de haut. Une fois qu’il est sec, vous pouvez continuer à travailler. L’avantage est que le matériau peut être traité directement et que les composants grossiers tels que les pierres ou la mauvaise qualité de l’argile ne réduisent pas la qualité.

  • Mur de chauve-souris ou de Wuzel

Les lots et les murs de wuzel sont faciles à reconnaître et peuvent avoir des tailles et des motifs de pose très différents. La différence avec un mur de briques est qu’aucun moule n’est nécessaire pour la production. Les blocs et les murs de wuzel sont formés à la main et posés sans séchage, de sorte qu’aucun mortier n’est nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *